Un Bleuet sur son vélo à l’assaut des Pyrénées. Jour 2: Le versant espagnol et une paella!

Mon chum c’est le meilleur! J’écris ces mots avec beaucoup d’admiration ( et plein d’amour aussi) envers le dernier défi qu’il a relevé avec brio: les Pyrénées à vélo en solitaire. Du 19 au 28 juillet 2016, Samuel a parcouru 906 kilomètres à travers ces montagnes mythiques où il a surmonté des montées vertigineuses, soit 23 376m de dénivelé positif.

(Pour lire le Jour 1 de la formidable épopée de Samuel, c’est par ici.)

Jour 2: Isaba-Eaux-Bonnes, 95km et 2645m D+

Le moteur est lent à décoller ce matin, mais je n’ai pas de problème d’énergie hors du commun. Mon pré-entraînement semble fonctionner: je suis devenu un vieux diesel alors que j’étais clairement plus du type deux-temps auparavant. Aujourd’hui, la température est plutôt fraiche et donc plus propice au vélo. J’ai même dû mettre mon manteau de pluie pour descendre le Col-de-la-Pierre-St-Martin. Je roulais au-dessus des nuages et passer au travers avec le vent, bien ça donne un coup de froid!

J’adore le versant espagnol où je partage la route avec  des chevaux et des bœufs. J’ai d’ailleurs aperçu un groupe de randonneurs campé dans la montagne. J’espère qu’ils ont pu dormir parce que c’est le concert de la cloche à vache dans ce coin de pays! Je rallonge ma route jusqu’à Arette pour m’assurer de refaire le plein. En fait,  la route que je devais initialement prendre ne m’inspire pas confiance.

Je roule ensuite dans de petits villages rustiques jusqu’au pied du Marie-Blanque: un petit col de 8km. Je croyais ensuite me rendre peinard jusqu’à la maison… erreur! Quatre kilomètres à plus de 10% m’attendent, dont 2 km à 12-13% sans relâche: ça claque! Arrivé en haut, je dois prendre une pause de recharge. Je ne suis pas revenu à neuf mais bon, maintenant c’est toute qu’une descente!  De ce côté,  c’est moins abrupte, mais beaucoup plus joli avec vue sur la vallée. J’arrête à Bielle où je croise un resto ouvert dès 14h. Il ne faut pas hésiter dans ce temps-là, car il n’y en a pas beaucoup d’ouvert à cette heure. Au menu, seulement les planches (pain, fromage et charcuterie) semblent disponibles, jusqu’à ce que je découvre qu’il y a également de la paella – comme souligné précédemment, j’ai une intolérance au gluten! Tadam! Ma journée est réussie: 9 euros pour du pur bonheur. Enfin du riz!  Cette paella est certainement l’une des meilleures que j’ai mangées.

Finalement,  je considère cette journée réussie et sans bobo incommodant. Quelques douleurs aux jambes dans les cols, mais tout ce qui a de plus normal. Quand tu regardes en bas et que tu es à la même hauteur que les aigles, tu te dis que le mal de jambes en vaut certainement la peine! J’ai hâte de voir comment mon corps se réveillera de ces montées demain matin! À suivre…

 

(Par ici pour lire la suite:  Jour 3,  Jour 4 , Jour 5 , Jour 6Jour 7 et Jour 8.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s