Un skipper Québécois à l’assaut de la Transat Québec -St-Malo

Éric Tabardel, un skipper Québécois résidant désormais aux Îles-de-la-Madeleine, un « madelinot d’adoption » comme on dit par chez-nous, se prépare à participer à la fameuse Transat Québec St-Malo. Il s’agit d’une course 13235909_10154188642587458_189371890_ninternationale de monocoques et de multicoques sur un parcours mythique de 3000 milles nautiques. L’équipage de Bleu Voile Océanique sera la seule embarcation québécoise et son capitaine espère classer le Québec parmi les meilleurs au monde! Afin d’en savoir plus sur ce sport encore méconnu au Québec et les enjeux de cette course mythique, j’ai invité Éric à une entrevue où nous avons discuté de sa passion, de son voilier et d’aventure en mer.

  1. Qu’est-ce qui t’a amené à pratiquer la voile?

J’ai commencé à faire de la voile avec mes parents à l’âge de 7 ans. Mon grand-père avait construit un petit dériveur sur lequel mes parents et moi allions naviguer dans le coin de  Vaudreuil. Par la suite, ils m’ont inscrit à des camps et dans une école de voile. J’aimais beaucoup ce sport et c’est devenu une passion!  Je naviguais tous les étés sur le Lac des Deux Montagnes.13187844_10154190038217458_948222142_n

  1. Qui sont tes idoles dans le monde de la voile?

Enfant, mon idole était Éric Tabarly. Il était le marin le plus populaire au monde puisqu’il  était recordman de la traversée de l’Atlantique. Plus tard, j’ai rencontré la famille DePas (Note MC: Damien DePas a d’ailleurs fait partie de l’équipe Bleu-Voile-Océanique). Mike Birch et Augustin Cotton m’ont également beaucoup influencé dans ma décision de construire un voilier de course.

Note MC: Éric Tabarly (1931-1998), mort d’une chute en mer au large du pays de dedca0e82c3e39663efa6d2e72e6bd05Galles, aura marqué l’histoire de l’architecture maritime. Il fut officier de marine, architecte et concepteur de génie, un marin exceptionnel et un skipper respecté. Il a remporté plusieurs courses océaniques, telle l’Oscar (1964 et 1976), une course transatlantique en solitaire. En 1968, il a conçu un des premiers multicoques de course au large. Plusieurs générations de navigateurs et de coureurs hauturiers ont été inspiré par ce génie de la navigation. Pour en savoir plus sur Éric Tabarly, consultez ce lien.

  1. Est-ce que c’est ta passion pour la voile qui t’a amené aux Îles?

J’habite aux Iles-de-la-Madeleine depuis 2013, mais ma première visite remonte à août 1984. J’étais  venu avec mon frère et deux amis pour y faire de la planche à voile et ça été un coup de foudre! J’y suis ensuite revenu le plus souvent possible, par la route et par la mer. À mes yeux, les îles sont l’endroit idéal pour pratiquer ma passion. Avec Bleu, c’est devenu notre port d’attache. (Image prise sur le site Tourisme Îles-de-la-Madeleine)20130421134144-20121106153439-id-105-mbonato

  1. Avant ta Transat de 2012, avais-tu déjà participé à d’autres courses de voilier?

J’ai commencé à faire des régates en Optimist dès mon enfance, ensuite sur dériveur en double et après en voilier habitable, surtout sur les petits plans d’eau autour de Montréal. Au début des années 2000, j’ai commencé à courir sur le fleuve. C’est en 2009 que j’ai fait une première course avec Bleu dans les Antilles, et en 2010, nous avons remporté la course Halifax-St Pierre.

  1. Comment choisis-tu ton équipage?

La course au large demande des connaissances techniques, de la force et de l’endurance.

Il est primordial de former une équipe solidaire où chaque équipier met les intérêts du bateau avant sa propre personne.13220024_10154188642717458_1212945109_n

L’expérience est aussi un facteur important. Dès le début de cette aventure, j’ai eu la chance d’être entouré de gens exceptionnels et c’est grâce à tout ce monde si cette grande aventure a été aussi extraordinaire!

  1. Parle-moi de ton bateau…

À l’automne 2005, j’ai décidé de me lancer dans la construction d’un Class40.13241474_10154190038672458_1065361611_o

Note MC: Le Class40 est un voilier monocoque hauturier à vocation course et croisière d’une longueur 40 pieds (12,18 m).

C’était alors un nouveau modèle de voilier de course océanique qui est finalement devenu la Classe la plus populaire au monde. On a choisi
les plans de Samuel Manuard, un jeune architecte Français très performant. Ses plans étaient les moins chers et ses bateaux ont remporté de nombreuses co13236118_10154188641942458_349478797_nurses.

Entouré d’amis et de connaissances expérimentés, épaulé par les fournisseurs de matériaux Etla, la construction du voilier a commencé à l’automne 2005 dans l’atelier d’un ami ébéniste. Cet endroit nous a permis de fabriquer certains éléments du voilier. Quelques mois plus tard, nous avons continué la construction dans une vielle usine désaffectée du quartier côte St-Paul, près du canal Lachine (Montréal).

Il nous a fallu travailler pendant deux ans dans cet atelier délabré au toit percé pour finaliser la construction. Après avoir investi 3 ans d’effort et toutes mes économies (j’ai notamment vendu ma maison), l’embarcation était prête.  Nous sommes finalement très fiers de Bleu, qui est, d’après les revues spécialisées, l’un des plus beaux bateaux de course construit au Québec.13187743_10154188641727458_1171917497_n

Nous avons eu la chance de choisir un architecte gagnant, d’avoir les meilleurs matériaux autorisés par la Class40 et de réunir une équipe avec une belle expertise pour la construction. L’aventure sur l’eau pouvait enfin commencer ! Dès la mise à l’eau au quai de l’horloge du vieux port de Montréal, Bleu nous a montré son caractère fougueux. Il nous a fait vivre de grandes émotions en se dirigeant droit sur le quai de ciment! Ce n’était que le début! En effet, après 3 jours de navigation sur le fleuve, Bleu démâte (défaut de fabrication du mat) dans la Baie de Gaspé et nous empêche ainsi de prendre
le départ de la transat 2008

  1. Malgré tous les défis qu’une Transat impose, notamment l’argent et le temps, qu’est-ce qui te pousse à participer une seconde fois à la Transat Québec –St-Malo 2016?

Au printemps 2009, Bleu a eu son nouveau mât. Nous pouvions enfin naviguer et nous entraîner, d’abord sur le fleuve et dans le golfe. Ensuite, à l’automne, nous sommes partis des Îles- de-la-Madeleine pour un merveilleux tour de l’Atlantique Nord, Acores, Madère, les îles Canaries et les Antilles. En 2012 nous étions prêts pour la Transat.  Malgré notre manque d’expérience en course et quelques ennuis techniques, nous a13236100_10154188642547458_844451352_nvons complété la traversée en remportant la 16e place, laissant quelques embarcations françaises derrière nous.

Fait notable, nous avons décroché  le record du voilier monocoque canadien le plus rapide de l’histoire!

En 2016 Avec les connaissances et l’expérience acquises, nous croyons que nous pourrons faire mieux. Malgré l’évolution dans l’architecture, je suis persuadé que Bleu peut en surprendre plus d’un et démontrer son plein potentiel !

  1. Finalement: aimerais-tu ajouter quelque chose pour conclure cette entrevue?

Toute cette aventure m’a beaucoup appris.  En plus d’avoir appris à construire un voilier et à naviguer en haute mer, j’ai appris que l’aventure c’est l’aventure! Ça ne se passe jamais exactement comme on se l’était imaginé. L’aventure en mer nous force à nous dépasser et à nous entraider. Elle nous montre que tout est possible quand on y croit et q13225036_10154190038777458_1878102711_ou’on y met toute son énergie. Bleu, c’est la plus belle aventure de ma vie!

 

Éric Tabardel espère participer à la Transat Québec St-Malo, une course de voilier de calibre international. Bleu Voile Océanique, l’embarcation d’Éric, sera le seul participant Québécois. Pour réaliser son grand rêve, Bleu a besoin de soutien financier.  Je vous invite à prendre connaissance de ce projet grandiose et si le coeur vous en dit et selon vos moyens, à y participer financièrement.
C’est par ici pour les dons: https://fundrazr.com/campaigns/6IDG1

 Articles connexes:

Entrevue d’Éric Tabardel à l’émission L’esprit sportif

Article dans le Journal de Montréal sur la Transat 2016

Entrevue à l’émission radio Au coeur du monde

Sur Voile en ligneÉric Tabardel dévoile une partie de son agenda 2010 et

Route Halifax Saint-Pierre: Retour en course de Damien Depas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s