Balade et poésie ilnue sur le bord de la Grande Décharge

Depuis que je suis officiellement devenue bipède, j’ai toujours aimé marcher. J’étais ce qu’on appelle dans le langage commun une « marcheuse », que ce soit pour des tâches aussi banales que des commissions au dépanneur ou faire de la randonnée en montagne, parcourir des kilomètres et des kilomètres de plage infinie aux Îles-de-la-Madeleine ou explorer les rues bétonnées des villes (j’ai dernièrement exploré  Boston), j’aimais découvrir le monde un pied à la fois.
Puis, j’ai commencé à courir. J’ai donc mis de côté cette belle pratique zen lui préférant le rythme et l’intensité deCanon RLS 197 la course. Je me suis même mise en tête de courir un demi-marathon affublée d’un dossard et de quatre épingles d’ici octobre 2016 (MC préfère la course). Mais aujourd’hui, épuisée par le flux incessant de ma vie, j’ai eu envie de revenir au rythme de la marche, de prendre le temps de sentir chacun de mes pas et de laisser mon esprit voguer doucement, tranquillement et librement sans contrainte de distance ni de vitesse.

« Tout homme qui marche peut s’égarer. » Goethe

Dernièrement,  ma sœur publiait sur son mur Facebook un article intitulé « Cinq raisons pourquoi il est préférable de marcher que de courir« .  On peut notamment y lire que:

« Même si les adeptes du jogging vous diront que c’est une expérience quasi spirituelle, il a été prouvé que la marche induit un état semblable à celui de la méditation avec ses bienfaits mentaux et émotionnels, surtout si vous marchez dans la nature. Selon les recherches, après 1 heure de marche, les gens ont vu une augmentation de 16% dans leur capacité de concentration et leur mémoire. »

Je suis donc partie en compagnie de l’écrivaine ilnue Marie-Andrée Gill explorer les Canon RLS 200chemins longeant la rivière de la Grande Décharge (Alma, Qc). En fait, l’auteure n’était pas physiquement à mes côtés, mais comme j’ai un rapport très intime avec les œuvres que je lis, c’est tout comme. D’ailleurs, pour les amoureux de la littérature, je vous invite à consulter Mon Top 10 de livres d’aventure.   J’ai fait quelques arrêts poésie, pour lire et relire des extraits de Béante sous l’odeur de la terre humide et des aiguilles de sapin.  Somme toute, après plus de deux heures de marche dans le bois, j’ai retrouvé la capacité de me concentrer pour écrire cet article!

« machinalement mille

raisons d’halluciner

ces siècles qui te passent entre les mains

à façonner l’ennui » Marie-Andrée Gill

 

Une réflexion sur “Balade et poésie ilnue sur le bord de la Grande Décharge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s